Aep Digital

Evolution majeure (ou pas) de l’attribut Nofollow

Nofollow
Posté par JPle 19 septembre 2019

Depuis plus d’une décennie, Google demandait aux webmasters de faire la distinction entre deux types de liens : les « dofollow » ou les « nofollow ». Cette différenciation avait été mise en place pour permettre de lutter contre le spam. En effet, cette distinction permettait aux managers de site de laisser les utilisateurs poster des liens, tout en effaçant l’intérêt de ces liens dans une optique de spam destinée à faire du SEO illégitime.

Explication et principe de fonctionnement des attributs d’un lien pour le SEO

Les attributs viennent enrichir l’information envoyée au crawler de Google lorsque ce dernier va découvrir un lien sur votre site. En théorie le fonctionnement est très simple : si Google ne voit pas d’attribut ou un attribut « dofollow », il considère que le lien doit transférer du « jus seo » vers la page ciblée. En d’autres termes, Google prend connaissance du lien et ce dernier va attribuer un gain de notoriété au site cible. Dans le cas d’un attribut « nofollow », Google se contente de repérer le lien, mais le site cible ne va gagner aucun bonus de notoriété.

Exemple :


<a href= »https://www.aep-digital.com/ »>Visitez le site AEP</a>

<a href= »https://www.aep-digital.com/ » rel= »nofollow »>Visitez le site AEP</a>

 

Sur un plan purement théorique, il s’agit donc d’un interrupteur, soit ouvert, soit fermé. Sur la plan pratique, l’expérience montre que le fonctionnement est un peu plus complexe. L’objectif ici n’est pas de rentrer dans le détail du fonctionnement des « signaux SEO » perçus par Google, retenez simplement qu’un site ciblé par un large volume de liens nofollow affichera tout de même une notoriété SEO plus importante qu’un site sans aucun backlink.

Google diversifie les attributs : un aveu de faiblesse attendu

Depuis quelques jours la nouvelle est tombée : Google propose de nouveaux attributs pour qualifier les liens que vous envoyez vers l’extérieur. Les nouveaux attributs sont :

  • « sponsored » pour signaler un lien qui est le fruit d’un partenariat payant,
  • « ugc » pour signaler un lien crée par la communauté d’un site, et non par le webmaster lui-même (User Generated Content, qui sera utilisé principalement pour les blogs comments, les avatars de forum etc…)

Ces deux nouveaux attributs sont en fait des sous-types de « nofollow », ce dernier devait déjà, à sa création, prendre en compte ces différents types de liens. Il s’agit donc clairement d’un aveu de faiblesse de la part de Google, qui affiche son incapacité à comprendre réellement la source d’un lien et son intérêt pour façonner la Serp sur une requête précise, en déterminant la notoriété externe des différentes pages qui la composent.

Les usages face à la théorie du netlinking

Depuis l’apparition des attributs « dofollow » et « nofollow », la grande majorité des sites s’est contentée d’appliquer une mise en place très conservatrice des attributs. Pour éviter toute suspection de spam de la part du Google Bot, la majorité des webmasters s’est contentée de placer tous les liens externes en nofollow. Une stratégie plus pratique pour les webmasters (et surtout plus réalistes pour les sites volumineux ou ceux qui permettent à leurs utilisateurs de générer des liens eux-même).

Dès lors, il est devenu très compliqué pour la plupart des thématiques de trouver des opportunités de liens « dofollow » pour développer sa notoriété externe et croître en visibilité SEO. Les référenceurs se sont donc tournés vers les deux seules solutions disponibles : soit l’échange de lien (déjà critiqué officiellement par Google), soit l’achat de publi-rédactionnels contenant un lien dofollow vers leur site. Cet état de fait à déclencher le développement de partenariats payants entre les sites, permettant de mettre en relation les éditeurs et les annonceurs désirant faire croître leur profil de liens externes. Nous pensons que le développement de ces partenariats est la cause directe de la tentative de Google de générer des nouveaux attributs pour détecter les liens issus d’un échange payant.

Délai d’application et réalisme

La firme de Mountain View annonce en parallèle que l’algorithme de gestion du netlinking va être modifié en mars 2020. D’après leurs ingénieurs cette modification ne devrait pas provoquer de mouvements importants dans les Serps. Rien ne nous assure que cela sera vraiment le cas, puisque les professionnels du webmarketing sont désormais habitués à constater que des modifications algorithmiques censées être mineures peuvent provoquer une très forte volatilité dans les Serps.
Cependant la question que se posent tous les professionnels du SEO est la suivante : quelle sera la durée de vie réelle de ces balises ? Aucun webmaster n’a d’intérêt réel à utiliser ces nouvelles balises. Elles ne lui apporteront rien de plus que la plaisir d’obéir aux guidelines de Google. Les annonceurs eux préféreront toujours avoir un profil de liens « naturel » en majorité, avec un minimum de liens usant de la mention « sponsorisé ». Il y a fort à parier que cette évolution n’en soit pas vraiment une, et qu’elle ira rejoindre le cimetière sans cesse croissant des nouveautés Google qui n’ont pas conquis les webmasters et les annonceurs.

 

Home » Le Lab » SEO : Référencement Naturel » Evolution majeure (ou pas) de l’attribut Nofollow
CONTACTEZ NOS EXPERTS