Le référencement au pluriel et au singulier ? Des différences ?

Seo Pluriel
Posté par JP le 14 septembre 2018 CONTACTEZ NOS EXPERTS

La plupart des internautes s’en sont déjà rendu compte, il existe parfois des différences importantes entre les pages de résultats de recherche, pour la même requête tapée une fois au singulier, une autre fois au pluriel. John Mueller a répondu à cette problématique lors du dernier Google Hangout dédié aux webmasters. La réponse est intéressante, et nous allons reproduire ici son raisonnement, pour vous permettre d’identifier l’importance d’une analyse sémantique de qualité lors d’une prestation SEO.

Pourquoi les SERPs sont parfois différentes avec une requête au pluriel ?

La réponse à cette question est relativement simple : les équipes de Google tentent d’adapter la page de résultat aux intentions de l’internaute. Ainsi John Mueller donne l’exemple de la requête « Teddy Bear ».

Cette requête, lorsqu’elle est tapée au singulier, affiche en premier résultat l’article de Wikipédia dédié à l’histoire de cette peluche célèbre. Pourtant, lorsqu’elle est tapée au pluriel, les premiers résultats sont commerciaux (sites permettant d’acheter ledit nounours), et les résultats informationnels n’apparaissent qu’en bas de première page.

D’après les analyses de Google, ceci s’explique parce que la SERP est façonné selon l’intention de l’internaute. Or, il s’avère que la requête Teddy Bear au singulier est le fait d’internautes à la recherche d’informations, tandis que cette même requête au pluriel est plus souvent utilisée par des internautes à la recherche d’un produit de ce type. Il s’agit donc de l’évolution la plus importante toujours en cours côté Google : deviner l’intention de l’internaute pour lui présenter des résultats de recherche les plus pertinents possibles.

Note : Comment Google détermine l’intention d’un internaute par rapport à une requêtes ? En accumulant des données de CTR. En effet, l’algorithme Google va déterminer quel est le taux de clics sur chaque résultat de la page de recherche, pour essayer de comprendre quel est le lien qui répond le mieux à la requête de l’utilisateur. Une fois que suffisamment de données ont été amassées, l’algo va déterminer l’intention de l’utilisateur en fonction de la requête. S’il s’agit de l’un des critères d’intention majeur, il faut savoir que le moteur de recherche utilise bien d’autres signaux pour affiner ses résultats : position géographique, langue privilégiée, navigateur ou type de device, etc… Noter que cette accumulation de donnée est très utile pour Google, par exemple dans le développement des critères pour la recherche vocale.

Pourquoi faut il travailler son SEO en fonction de l’intention des internautes ?

Une agence de webmarketing sérieuse ne vous conseillera jamais d’essayer de vous positionner sur l’ensemble des requêtes possibles, si ces dernières, bien que très semblables entre elles, ne révèle pas la même intention de recherche.

La raison est simple : si vous essayer de positionner une page produit sur une requête qui n’affiche des résultats informationnels, vous aurez beaucoup de mal à rendre visible votre page dans la SERP. Vous allez donc dépenser de l’énergie et des moyens inutilement, alors que vous auriez pu travailler à vous positionner sur une autre requête, sans doute moins volumineuse mais indiquant une intention commerciale plus ferme de la part de l’internaute.

Au cours du même entretien, rappelons que John Mueller met en garde les annonceurs contre les techniques consistant à utiliser un grand nombre de synonyme sur votre page pour tenter de remonter sur un large volume de requêtes. Cette technique s’apparente presque, pour lui, à du « keyword stuffing ». En effet, si l’internaute choisis d’utiliser un terme plutôt qu’un autre, cela est sans doute à une connotation particulière, qui va généralement amener à présenter des résultats différents.

Un annonceur doit il travailler un seul mot clé par page ?

C’est une question récurrente des annonceurs, qui s’inquiète de ce genre de discours, et espère pouvoir privilégier la visibilité de leur catalogue en multipliant les pages et en les construisant de la façon la plus monothématique possible. Pour la grande majorité des secteurs et des sites, il s’agit d’une voie sans issue, car il est impossible de travailler correctement en SEO avec ce type d’objectifs. Notamment parce que les pages de destinations se révèlent de faible qualité, n’ayant que très peu d’information à apporter à l’internaute.

Comme dans beaucoup de domaines du webmarketing, la clé consiste à prendre le temps de comprendre son marché (autant sur un plan produit que sur un plan concurrentiel) pour pouvoir offrir des contenus de qualité et optimisés aux internautes. Il reste possible, et souvent recommander, d’utiliser des synonymes de votre requête clé pour améliorer votre visibilité. Il faudra surtout prendre en compte les différences qui existent entre ces premiers, pour définir s’il est contreproductif ou non de se positionner sur ce terme. Ce type de réflexion est tout à fait primordiale dans le cadre d’une refonte SEO par exemple.

Comme souvent, c’est la réflexion webmarketing et l’expérience du conseiller qui feront la différence et vous permettront de travailler un SEO avec un objectif de rentabilité.

Home » Le Lab » SEO : Référencement Naturel » Le référencement au pluriel et au singulier ? Des différences ?
CONTACTEZ NOS EXPERTS