Aep Digital

Les chiffres clés pour la publication sur Facebook en 2014

Posté par Sophiele 28 juillet 2014

Les entreprises travaillent aujourd’hui à être toujours plus proches de leurs consommateurs qui sont, quant à eux, de plus en plus autonomes dû à un accès à l’information presque illimité qui s’est démocratisé en même temps que l’utilisation d’Internet.

En même temps que l’évolution d’Internet nous avons vu l’émergence des réseauxsociaux qui, petit à petit, rentre dans le quotidien de nombreux consommateur. Ainsi pour de nombreuse compagnies et marques, ces réseaux sociaux sont devenus un canal de communication à ne surtout pas négliger, notamment le réseau social Facebook. Et dans la démarche actuelle de mise en place de relations client toujours plus proches des consommateurs, Facebook est ainsi devenu un outil indispensable pour les entreprises.

Pour tout marketeur iI est important de collecter des données pertinentes afin de pouvoir appliqué des stratégies efficaces. C’est pour cela que Track Maven, une agence spécialisé dans l’accompagnement digital pour entreprise, a réalisé une série d’analyses centrées sur les publications postées par les utilisateurs de Facebook : les « New Feeds ».

Bien choisir ses heures et jours de publications

Pour cela 5 804 pages Facebook ont été analysées (soit plus de 1 578 000 post) et Track Maven publia ensuite un guide marketing afin d’aider à améliorer les stratégies et optimiser la position de concurrence des entreprise sur Facebook.
L’étude porte ainsi sur l’efficacité d’un « post », ou publication en français, en prenant en compte divers critères.

Tout d’abord ils ont voulu savoir s’il y avait un lien entre les jours de la semaine et les horaires et l’efficacité d’une publication. Il en est résulté que les weekends les internautes ont tendance à moins publier mais qu’une publication postée le dimanche aura 25% plus d’impact qu’une publication faite le mercredi. L’horaire privilégié des internautes semble se situé entre 12h et 13h (avec 8.55% des publications de « post » durant cette tranche horaire).

L’étude montre ensuite que les « post » accompagné d’image ou de photo ont beaucoup plus d’impact : cela n’est pas vraiment une grande surprise étant donné que Facebook est un réseau social qui encourage le partage d’image, notamment suite à l’acquisition de l’application Instagram.

Il a ensuite été étudié l’influence que peut avoir la manière et la forme utiliser pour la rédaction des publications qui soulève la question : « Comment les entreprises doivent-elles rédigés leur publications pour une communication efficace ? »

Faire simple dans son message

Les résultats ont ainsi montré qu’il n’est pas nécessaire de rédiger ou de s’exprimer de manière avec un langage soutenu ou complexe. Suite à l’utilisation du Flesch-Kincaid readabilty test, un test évaluant la difficulté de compréhension d’un texte, il est apparu clairement que plus de la moitié des publications utilisent un langage écrit d’un niveau d’école primaire.

Suite à cela, il a été compté le nombre moyen de mot que contient une publication» et l’effet que cela peut avoir sur la moyenne d’interaction d’un « post » : une grande majorité des publications contiennent moins de 30 mots, cependant une publication avec 80 mots crée en moyenne 2 fois plus d’interactions qu’une publication de 70 mots ou moins.

Réfléchir à son call to action / hastag

La partie suivante traitait sur l’efficacité de mot « call to action » tels que « Share », « Please », « Like » et « now ».
Il a été nettement remarqué que les publications incluant des mots « call to action » ont une moyenne d’interaction bien plus importante que les publications sans. Attention cependant à l’algorithme de Facebook en May 2014 qui pénalisait l’utilisation excessive de ces accroches !

Il a été également observé l’impact des hashtag : près d’1 publication sur 6 contient des hashtags. Il a été constaté l’existence d’une corrélation positive entre l’utilisation d’hastags et le niveau d’interactions mais le pourcentage de publication dépassant les 7 hashtag est très peu représentative (0.02%). Ainsi, en se focalisant sur la plus grande proportion, il a été constaté qu’une publication avec 1 ou 2 hashtag aura tendance à amener plus d’interaction qu’un post avec 3 ou 4 hashtag.

Enfin, il a été analysé l’impact de la ponctuation sur les publications : combien y’a-t-il en moyenne de point d’exclamation sur les publications ? Quel nombre d’exclamation rend la publication plus efficace ? Combien y’a-t-il de point d’interrogation en moyenne sur les publications ? Quel nombre d’interrogation rend la publication plus efficace ?

Les résultat ont ainsi montré que la grande majorité des utilisateurs (71.17%) n’utilise pas de point d’exclamation lors de la rédaction de « post » alors qu’ il a été montré par l’étude que les publications comprenant des points d’exclamations amèneraient 2 fois plus d’interactions en moyenne. Quant aux points d’interrogations, uniquement 1 publications sur 5 les utilisent alors que cela amène jusqu’à plus de 23% d’interactions.

Attention cependant, les tendances Facebook sont en constantes évolutions, ce réseau social ne cesse de proposer de nouvelles fonctionnalités. D’où l’importance de se renseigner et de se faire conseiller par des spécialistes avant de vous lancer sur Facebook !

Ces statistiques sont bien sûr à relativiser et doivent être adapté à votre communauté et à votre cible.

NB : Pour en savoir plus – liens vers l’étude en anglais http://trackmaven.com/wp-content/uploads/2014/06/TrackMaven_Facebook_Report_.pdf?submissionGuid=f135c433-b074-45c4-8022-ec9efc3a147f

Home » Le Lab » SMO : Référencement Social » Les chiffres clés pour la publication sur Facebook en 2014
CONTACTEZ NOS EXPERTS